14
jun

ATTRIBUTION DU PRIX ÉTHIOPHILE 2017 Nominés Les nominés au Prix Éthiophile 2017 sont par ordre alphabétique: -  Mon royaume pour une guitare, de Kidi Bebey (Éditions Michel Lafon) - -  Et ton absence se fera chair, de Siham Bouhlal (Éditions Yovana) - -  L’Appel de la lune, de Tidiane N’Diaye (Éditions Gallimard, Continents Noirs) - -  Confessions d’une sardine sans tête, de Guy Alexandre Sounda (Éditions Sur Le Fil) - -  La Reine du tango, d’Akli Tadjer, (Éditions JC Lattès) - -  Celui qui est digne d’être aimé, d’Abdellah Taïa (Éditions Seuil) Lauréat du prix Le Prix Éthiophile 2017 est attribué à : Confessions d’une sardine sans tête de Guy Alexandre Sounda (Éditions Sur Le Fil) Composition du Prix international Éthiophile Président : Papa Samba Diop (Université Paris-Est Créteil) Vice-Présidente : Marie-José Hourantier (Africaniste, École Normale Supérieure d’Abidjan, et Coordinatrice du prix à Abidjan) Secrétaire générale : Florence de Rougemont (Écrivain) Trésorière : Colette Scherer (Ingénieur de Recherche, Université Paris [+]

ATTRIBUTION DU PRIX ÉTHIOPHILE 2017 [+]

COMPTE RENDU DE LECTURE de Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi… (Lecture de Le soleil sans se brûler de Théo Ananissoh) de Bernard Mouralis, préface par Daniel-Henri Pageaux, Paris, L’Harmattan, coll. Classiques pour demain, 2017, 212 p. ………………………………………. Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi…fait écho à un autre titre, Sony Labou Tansi, L’Amérique et moi, un article de  Améla, universitaire togolais (1947-2007). Cet article est paru dans un ouvrage consacré à Sony Labou Tansi, dirigé par Rodriguez Greta et Alain Ricard (Bordeaux, IEP, Centre d’Etudes d’Afrique Noire, coll. Travaux et documents, n°65, 2000). Dans son texte, Améla raconte son aventure et son amitié avec l’écrivain congolais, aventure qui a commencé aux États-Unis en 1988, en passant par Lomé, au Togo, où l’écrivain fut invité pour une série de conférences. Cette amitié est revisitée dans la fiction Le soleil sans [+]

Tiré à part ASSANVO [+]

Qui suis-je ? Sur le temple de Delphes il est dit : « connais toi toi même et tu connaitras l'univers et les dieux ». J’ai 20 ans. J’ai de plus en plus d’espoir, et de moins en moins de peur. Il me reste encore un long chemin à parcourir. Il serait prétentieux d’affirmer me connaitre entièrement. Alors j’avoue, je ne sais pas qui je suis. Mais je sais qui je veux être. Ou plutôt, je sais ce que je ne veux pas devenir. Pour le comprendre, empruntez avec moi le train du souvenir. Racine(s) Une vie est un livre. Chaque jour écrit ou arrache une page de ce précieux manuscrit. Pour ma part, j’ai l’impression qu’on a volé plusieurs de mes chapitres. Durant la distribution des rôles, on a oublié de me donner un script. Shakespeare, en 1603, exposait déjà ma pensée : « Le monde entier [+]

Organisées par le C.I.E.F. (Centre International d'Etudes Francophones) de Paris IV - Sorbonne: deux journées d'étude: "Poétiques du texte francophone: nouvelles approches" 1 Poétiques du texte francophone : nouvelles approches Appel à communications Journées d’études organisées par le Centre International d’Études Francophones (CIEF) de l’Université Paris-Sorbonne les 13 et 14 octobre 2017. Toutes les communications se dérouleront à la Fondation Lucien Paye (45, boulevard Jourdan, 75014 Paris). Argumentaire Depuis une quinzaine d’années, les débats relatifs à la francophonie littéraire se polarisent sur la question des « poétiques francophones » (Dominique Combe 1995). La diversité linguistique, historique et sociologique de la francophonie – cet « ensemble flou à l’intérieur de la République mondiale des Lettres » (Lise Gauvin 2007 : 5) – est l’aiguillon qui a favorisé la recherche de cadres théoriques et de méthodes d’analyse. Dans nombre d’études, la construction d’approches globales se fonde sur la prise en [+]

Eileen Julien organise, du 6 au 8 avril 2017, un colloque à Indiana University (Bloomington) Appel à contributions/Call for Papers Le sens et les sens / Sense and the Senses  6-8 avril 2017 Indiana University - Bloomington   « Et dès que j’eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le tilleul que me donnait ma tante […] toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. » (Proust, À la recherche du temps perdu) « J'entends de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d'un qu'on jette à la mer... les abois d'une femme en gésine... des [+]

Penser le roman francophone contemporain Colloque International Université Paris-Sorbonne / Université de Montréal 16-17-18 novembre 2017 A partir de la théorie bakhtinienne (1993), on peut définir le roman comme une chambre d’échos, une caisse de résonnances, qui laisse entendre les différents discours sociaux qui environnent son auteur ; ou plutôt il est un espace de jeu pour l’écrivain qui orchestre la symphonie de ces discours pour s’enjouer ou s’en défier. Le roman francophone, dès lors, doit-il se comprendre comme ce fameux miroir que le narrateur stendhalien promène le long du chemin ? Justement, toute la question semble bien résider dans le chemin pour le roman francophone. Tout d’abord, l’écrivain francophone a été fréquemment défini par son identité interculturelle (Talahite-Moodley, 2007) ou par sa poétique interlinguistique (Gauvin, 2004) : en d’autres termes, le miroir suit un chemin qui part d’un espace culturel pour aller vers un autre, d’un [+]

©2010| Designed by: MY'S & Made free by Promo Items